vie privée - facebook

Quand un tigre attaque, cela fait-il mal ?

Attention:  cet article date du 2 février 2009
Ce qu'il contient est peut être encore valable...
... ou complètement obsolète!

C’est une des histoires qui a secoué le microcosme Internet ces derniers jours.
Le fond de l’affaire est simple : un journaliste publie un portrait très complet d’un anonyme, construit à partir de toutes les traces qu’il a laissées, volontairement ou non sur Internet (profil Facebook, photo Flickr…).
Et de poser la question : faut-il raconter sa vie sur le Net, sachant que tout un chacun peut la lire ? Et en faire un usage quelconque…

Expliquons déjà le titre de mon post : le journal qui a publié l’article s’appelle Le Tigre

Bref, resituons un peu l’affaire.

Bob L, sa vie, son oeuvre, ses amours…

Un journaliste pioche un profil au hasard dans Flickr, d’un individu qui semble enclin à étaler sa vie (17000 photos publiées en moins de deux ans) – on parle de bon client en jargon de presse. Et le journaliste de creuser pour constituer un dossier complet, en cherchant le nom de cet individu dans Google, et surtout dans des sources plus pointues (Copain d’Avant, Facebook,et sans doute d’autres).

Après un travail d’élimination des homonymes, le journaliste va donc citer les vacances de Bob, son travail, son bistrot préféré, sa brosse à dent, son numéro de portable, les anciennes et actuelle copines de Bob – et des informations sur celles-ci…

Bref, un vrai travail de journalisme d’investigation, qui centralise, regroupe et recoupe des informations éparses publiées de-ci, de-là pour construire un profil…

Sauf que, bien sûr, Bob n’était pas forcément d’accord – puisque pas au courant . Et a d’ailleurs modérément apprécié (même s’il n’a – à ce jour – pas porté plainte).

Et l’on pourrait aussi ajouter que la vie de Bob, finalement, on s’en moque un peu dans l’absolu. Mais bien sûr, il faut aller au delà…

Au delà de Bob

Bob n’est qu’un alibi, un exemple. D’ailleurs, il change de prénom selon les sources d’informations qui reprennent l’affaire (entre l’édition papier d’origine et celle en ligne, le Tigre a changé le prénom). Je l’ai moi même appelé Bob, pour varier.

D’ailleurs, remplacez le par votre prénom à vous, par votre vie…

Car c’est bien le pourquoi de l’article, qui voulait démontrer que si l’on y prend pas garde, les informations que l’on peut laisser à droite et à gauche, pourrait permettre de reconstituer une vie.

Ce qui est amusant (!) c’est que l’on sait tous que cela peut arriver, si l’on ne contrôle pas un minimum les informations que l’on publie. Quelques précautions s’imposent, naturellement, car il est tout à fait possible de cloisonner – voir le post de Bug Brother, ci dessous référencé.

Et la loi dans tout ça ?

Un autre débat agite aussi le Web autour de cette histoire : est-ce que le Tigre était autorisé à déballer ce que Bob déballait déjà ailleurs ? Car, si Bob n’a pas porté plainte (dixit : je n’ai pas grand chose à faire, toutes ses informations étaient accessibles) aurait-il pu ?

Chacun a droit au respect de sa vie privée.

Il semblerait que oui, sur la base de l’article 9 du Code civil, et selon des spécialistes – et la cours de Cassation, la divulgation antérieure par l’intéressé ne suffit pas seule à justifier la redivulgation par un tiers (voir les analyses de AdScriptum et Diner’s Room).

Autant dire que, même si nous publions des informations sur le Net, qu’elles sont publiques, elles n’ont pas a être exposées ailleurs que là où elles le sont.

Mais bien sûr, les journalistes se vont pas s’amuser à le faire régulièrement, ce serait trop facile après le coup du Tigre – et sans grand intérêt (si ce n’est faire prendre conscience à d’autres gens des dangers de ce genre  de situation). Encore qu’ils se contenteront sans doute, à l’instar de l’Express, de rebondir sur l’affaire de Bob.

Mais d’autres ?

Les recruteurs par exemple (si, ils existent encore). Et la police dit-on (mais pour notre bien à tous ?). Et une petite amie éconduite qui veut se venger ? Et un escroc qui veut endosser votre identité ?

Liens externes

Marc L***
L'article du Tigre, anonymisé un peu plus sur le Net que dans la version papier (mais cela ne change pas grand chose)
Mis à nu par Internet
Le journal Presse Océan, un des premiers a avoir repris l'histoire - permettant à Fred d'avoir été mis au courant.
Sa vie dévoilée sur le Net: "Je n'ai encore pas dormi de la nuit"
Interview de Marc, la victime
Bug Brother : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi mais que vous aviez la flemme d’aller chercher sur l’internet…
Jean Marc Manach, AKA Bug Brother, un des premiers a avoir relayé l'info sur le Net - un as de la maitrise de son propre profil (ses infos professionnelles sont publiques, pas le reste)
Diner's Room : L'affaire Marc L... et le droit au respect de la vie privée
AdScriptum : Nous sommes tous des personnages publics !
L'Express : Le portrait Google qui met le feu à la Toile

Laisser une réponse