Habemus Papam (. Net)

Attention:  cet article date du 25 avril 2005
Ce qu'il contient est peut être encore valable...
... ou complètement obsolète!

L’arrivée d’un nouveau Pape est un événement qui dépasse les frontières de la chrétienté. Elle atteint même, pour la première fois, celles d’Internet. Quelques heures après l’annonce de l’élection (et même un peu avant), la ruée sur les noms de domaine commence…
L’occasion de parler de PopeSquatting, et plus largement de CyberSquatting…

Mon nom est XVII. Benoît XVII…

Le choix du Pape est affaire de Conclave. Le choix de son nom est sa propre affaire. C’est dire si, avant le mardi 19 avril 2005, 17h50, personne ne pouvait réellement prévoir son nom. Quoique… Quelques jours avant, les bookmakers irlandais plaçaient en tête et à 3 contre 1 le nom anglias de Benedict (donc Benoît en français, et Benedictus en latin).

Conséquence, sur Internet, les parieurs d’un genre nouveau se sont déchaînés : les spécialistes du cybersquat…
Etudions les réservations des noms de domaines, et ce pour les 3 versions (avec le numéro XVI & 16 ; en extensions COM et NET). L’exercice pourrait être poussé sur d’autres extensions et variations…

Noms de domaines et Benoit 16
Langue Nom de
domaine
Date
d’achat
Nationalité
de l’acquéreur
Anglais benedictxvi.com 1/04/2005 Américaine
Anglais benedictxvi.net 19/04/2005 Américaine
Anglais benedict16.com 15/04/2005 Italienne
Anglais benedict16.net 19/04/2005 Brésilienne
Français benoitxvi.com 19/04/2005 Française
Français benoitxvi.net 19/04/2005 Suisse
Français benoit16.com 19/04/2005 Française
Français benoit16.net 19/04/2005 Américaine
Latin benedictusxvi.com 19/04/2005 Belge
Latin benedictusxvi.net 19/04/2005 Espagnol
Latin benedictus16.com 19/04/2005 Américaine
Latin benedictus16.net 19/04/2005 Néerlandaise

Tableau basé sur les données Whois…

On le voit, le grand gagnant est donc américain (et se nomme Rogers Cadenhead). Très fort, il avait réservé le domaine dès le 1er avril (sic). A noter qu’il avait également réservé PaulVII.com, PiusXIII.com et divers autres…

En seconde position, un italien (le 15 avril) ; le gros des troupes s’étant déchaîné le jour J…

Qui sont ces Squatters ?

Dans le domaine du squat de nom de domaine, on doit distinguer plusieurs catégories :

  • Grabbing : consiste à acheter des noms de domaine spécifiques à certaines entreprises, dans le but de les leur revendre (parfois à des prix prohibitifs pouvant, c’est arrivé, atteindre plusieurs millions de dollars). Cela se termine souvent, et notamment en cas de marque déposée, par des procès.
  • Typosquatting : consiste à acheter un nom de domaine dont l’orthographe est proche d’un autre, et ainsi profiter des erreurs de frappe des internautes (par exemple benedictusvii.net par exemple…). On parle également de dilution.

Les motivations sont multiples :

  • la recherche d’un coup de publicité. Le dépôt d’un nom de domaine évènementiel est l’occasion de se faire connaître. Cadenhead, notre grand gagnant, est désormais connu dans le monde entier, interviewé par Reuters, l’Afp, et j’en passe…
  • les revendeurs. Ils achètent le domaine pour le revendre avec une plus value (soit à la société détentrice, soit au plus offrant – Cadenhead aurait déjà repoussé une offre alléchante provenant d’un casino…)
  • les traffic squatter. Ils vont mettre en place un site sur le domaine, et l’exploiter au maximum (bannière de publicité, vente de produit divers & variés, souvent sans rapport avec le nom en question). Les casinos et les pornographes étant les spécialistes de ce genre de pratique).

Au delà du Pape

Si la bénédiction Ubi et Orbi est un des premiers actes officiels d’un Pape, on peut penser que Whois (service qui permet de vérifier la disponibilité d’un nom de domaine) arrivera bientôt en deuxième position…

Dans un domaine plus général, il est courant qu’une entreprise qui lance un nouveau produit, une nouvelle marque, commence par vérifier qu’elle est disponible à l’INPI, mais en plus que le nom de domaine est lui aussi libre (en .com prioritairement).

S’il est toujours possible de récupérer un nom qui nous a échappé, n’oublions jamais que ce n’est pas forcément simple. Dans tous les cas, intenter une procédure coûte plus cher que les quelques 12€ht / an de réservation d’un domaine (voir moins…)

N’oublions pas non plus que les domaines sont loués : si vous oubliez de le renouveler, considérez que certaines sociétés spécialisés le rachèterons dans l’heure qui suit l’expiration…

Laisser une réponse