crash disk - oups

Sauve, sauve, sauve…

Et pourtant, je le savais… Et pourtant, je le serine à mes stagiaires régulièrement… Et pourtant…
On ne le répêtera jamais assez, faire des sauvegardes est crucial dans la vie numérique que nous menons.
De plus en plus crucial, donc de plus en plus souvent…

Je suis pourtant un être prudent, qui effectue les sauvegardes évoquées.
Assez souvent. Si, si.

Bonnes habitudes…

J'ai l'habitude d'être nomade, de travailler sur plusieurs postes informatiques, et donc de dupliquer sur plusieurs ordinateurs de l'un à l'autre un certain nombre de documents.
Ceux en rapport avec mes cours, mes clients, et mes sites perso. De ce côté, je suis blindé. J'ai même passé un temps important à automatiser tout cela (plusieurs scripts PHP exécutés en mode console, faisant appel à winRar).

Pour certaines choses, bien sûr, il y a risque de conflit. Les mails que je checke dans la journée restent donc sur le serveur, et sont rapatriés le soir. De temps à autre, un processus fait un ZIP de l'arborescence (pas assez souvent).

Toutes les photos numériques, sont également dupliquées en plusieurs exemplaires. Après chaque prise de vue, elles sont transférées sur 2 disques durs distincts, copiées sur mon disque USB régulièrement, et une série de DVD est ponctuellement gravée.

Et bien sûr, logiciels et données sont séparés sur plusieurs disques durs physiques (et non des partitions).

Mayday, C: ne réponds plus !

C'est bien sûr après un crash disque que l'on se rend compte qu'on a pris plein de précautions, mais on en a oublié quand même… L'incident est donc survenu en ce début de semaine. Plantage du disque système. Celui où sont installés Windows et tous les logiciels…

Au début, on se dit, pas grave, c'est la base de registre Windows, puisque je peux le parcourir avec UBUNTU (un Linux qui démarre depuis un CD). Mais comme on le découvre plus tard, parcourir, c'est pas lire ni écrire…
C'est bien le disque dur qui est tombé (au sens imagé, papa…)

Donc, direction Surcouf, achat d'un nouveau disque, de DVD vierges en quantité pour l'avenir, et de quelques babioles (autant se faire plaisir)…
Au fait, vérifier avant que l'on est passé en SATA et pas resté en IDE (sinon, on y retourne, et on passe 2 heures au SAV de Surcouf, pour racheter un nouveau disque… Bref.)

En soi, ce n'est pas le disque le plus important, puisque j'ai les CD de réinstallation au bureau. Oui, mais c'est les grèves, je n'y passe pas avant mercredi. Oui, mais j'en oublie sur place, j'y retourne samedi matin… L'install peut donc commencer.

Jusque quelques heures de perdues en perspective…

Et v'lan, passe moi CD Restore…

Muni des softs, on attaque les réinstallations… Windows XP d'abord, puis les drivers matériels, les divers utilitaires, puis les logiciels pour ma femme (plus bloquée que moi qui ai l'ordi portable), puis le reste
Note pour plus tard : bien identifier le matériel, et conserver une version des drivers et les liens vers les sites des constructeurs.

De ce côté, tout se passe plutôt bien. J'ai tout, sauf bien sûr quelques trucs impossible à retrouver… Entre deux déménagements du bureau, certains CD se sont perdus. Ou non encore retrouvés, et donc bientôt bêtement rachetés.
Note pour plus tard : faire des copies des disques originaux, et les garder chez soi…

Reste à attaquer les données. Là, c'est plus simple, le disque C: n'en contenait que très peu. Sauf la comptabilité (sauvegarde systématique à chaque usage), les photos (on en a parlé), mes mails (dernières sauvegarde de septembre, 2 mois… Aïe).

Et là, SURPRISE ! Le dernier ZIP de sauvegarde date bien de septembre, mais les données qui sont dedans datent de JUIN ! AAAAaaarg ! Pourtant, on l'avait dit : faut toujours vérifier ses sauvegardes !

Bilan des courses…

Côté données, 6 mois de mails de perdus pour moi. C'est tout. Plutôt embêtant (enfin, j'ai utilisé un autre mot tout seul devant mon écran), mais bon, je ne peux m'en prendre qu'à moi même ! Autant être philosophe, et pas se morfondre. Et puis, les plus important sont sans doute au bureau…

Côté logiciel : toutes les préférences perdues. Et surtout les données des navigateurs (signets, flux rss…). Aïe. Mais on s'en remettra, j'utilise webriche.fr, mon agrégateur de Flux RSS personnel…

Côté surprise : je n'en attend pas d'autres à priori. Il y a peut-être un répertoire oublié quelque part. Comme mes statistiques de Spam, mais bon…

Positive attitude : les prochains processus de sauvegardes seront en mode paranoïde maxima.
J'ai juré, mais un peu tard, que l'on ne m'y prendrais plus !

Tiens, Sauve, sauve, sauve… serait à chantonner sur un air de musique, genre le Boy's, boy's boy's de Sabrina, cela aiderait sans doute à s'en souvenir… Ou Sauvez-moi, sauvez-moi, sauvez-moi… de Billy Ze Kick

Laisser une réponse