monopole - totalitarisme - position dominante

Google, un monstre à détruire ?

Attention:  cet article date du 5 novembre 2009
Ce qu'il contient est peut être encore valable...
... ou complètement obsolète!

Une série de lectures intéressantes sur Google, géant du web.
Où la question se pose sur le démantelement de Google pour abus de position dominante.
Où se fait un parallèle entre Google et le totalitarisme.
D’accord ou pas, ces analyses ont l’avantage de poser des questions pertinentes…

Commençons par Frédéric de Villamil (publié après, mais en premier dans ma lecture), qui pose la question d’un potentiel démantèlement pour abus de position dominante. Il faut dire que les chiffres peuvent faire tourner la tête.

Si on a souvent entendu parler des parts de marché du moteur (qui atteind 96% en Belgique, 91% en France, et aux alentours de 70% aux Etats Unis…), son influence directe sur ses concurrents est rarement abordés.

Et pourtant, quand le géant lance son produit gratuit Google Maps Navigation, TomTom (leader sur le marché) voit ses actions chuter de 21% ; d’autres entreprises ont fermé, en essayant parfois de faire un procès… Les plus chanceux s’étant fait racheter, renforçant ainsi l’empire Google. Et donc sa position dominante…

Si on a une entreprise sur un secteur concurent de Google, ne reste donc que plusieurs alternatives : fusionner (se faire racheter), rester confidentiel (à hauteur, il faut le préciser, de quelques millions d’internautes potentiels tout de même), ou bien sûr disparaître.

L’approche de Salya passe par un parallèle entre Google Wave et le film La vague sur la montée insidieuse du totalitarisme (au sens où cela monte doucement, sans qu’on y fasse attention). Peut être un peu trop ? Encore que…

Si Google détient une position de monopole de fait, c’est grace… aux internautes. Qui utilisent de plus en plus les services Google, au point d’en être dépendant. Une habitude de recherche par ci, un compte GMail par là, et bientôt un Youtube, un Picasa, la suite bureautique… et on s’apperçoit que l’on ne surfe plus que dans des produits Google. Et sans s’en rendre compte, que l’on reste cloisonné dans l’univers publicitaire AdWord / AdSense (qui appartiennent à… ben oui, Google…)

Et le géant de dicter sa loi de façon indirecte. On ne construit pas un site sans négliger les Guidelines et conseils aux webmasteurs. Voir, ce sont ces règles qui imposent la réflexion préalable à tout développement web. On fait un site pour les internautes ? Oui… bien sûr… mais il faut surtout qu’il soit vu et bien placé par Google.

Certains essayent de lutter, et d’essayer de passer une semaine sans utiliser les produits Google. Et n’y arrivent guère qu’en n’utilisant pas du tout Internet.

Mode naïf : c’est pas dangereux, puisque c’est nous même qui sommes à la base : ne sommes nous pas libre d’utiliser autre chose ? Et les autres qui disparaissent, on ne les connait pas… voir ils sont moins bien, moins pratique… Orchestré par Google tout ça, non, je ne crois pas. Un parallèle avec la montée du nazisme ou autre totalitarisme ? Euh… quand même pas…

Mode paranoïaque : on connait le danger de dépendance d’un tel monstre, mais on y va quand même. On ne s’en rend pas compte, cela vient doucement. Jusqu’au jour où il n’en restera qu’un… Google. Et là, que se passera-t-il ? Les produits deviendront-ils payants le jour où Google sera seul à gérer le Web ?

Liens externes

Google va-t-il vers le démantèlement pour abus de position dominante ?
La vague submerge : Google Wave vs le film Die Welle
Les parts de marché de Google dans le monde

Laisser une réponse