Blog, weblog, quid ?

Attention:  cet article date du 30 juin 2005
Ce qu'il contient est peut être encore valable...
... ou complètement obsolète!

Tout site Internet un tantinet sérieux, tout éditorialiste branché NTIC se doit de parler du sujet à la mode du moment. Vous savez, ces «killers applications» qui s’enchaînent au fil du temps… Celle du jour s’appelle, vous l’aurez deviné, le BLOG (d’où le titre de l’article !)
Mais de quoi parle-t-on ? Sans grande originalité (allons, si, quand même) étudions le phénomène d’un point de vue technique, humain, commercial (!)

Définition

Blog ? Weblog ! Le mot proprement dit serait une contraction de Web et de Log. Le Web, c’est Internet au travers d’un navigateur (par oppositions aux emails, newsgroup, et autres IRC…). Un log informatique, c’est un ensemble de lignes notant l’activité d’un programme, le plus souvent sous la forme : a telle heure, le programme a fait ceci ou cela, et cela s’est traduit par une erreur de tel type.

Etymologiquement, cela viendrait d’un rondin (log en anglais) accroché à une corde, qui lestait celle ci, et que l’on jetait par dessus bord pour mesurer la vitesse d’un navire (laquelle corde possédait des noeuds, marins également). Ceci pour la culture, merci Wikipedia. Bref.

Pour en revenir a notre propos, le Blog est donc une publication faite sur le Web, au fil du temps. En cela, il s’approchera donc du journal intime qui existe depuis des siècles mais en perdant le côté intime, puisque potentiellement accessible par le monde entier.

Notons que le Blog va donner aux visiteurs la possibilité de réagir aux posts (aux messages), entraînant ainsi des discussions. Les messages les plus récents apparaissants en haut. Autre caractéristique, le Blog est un rassembleur – il entraîne généralement dans son sillage une communauté régulière (parfois massive), fait des liens vers pleins d’endroit (qui le lui rendent parfois), montre des photos, des images (en provenance souvent d’autres sites – mais oui, s’il n’y a pas d’autorisation, c’est bien du vol !)

Caractère important : l’outil est simple d’emploi, il suffit de savoir remplir un formulaire pour devenir bloggeur et lancer son site !

Ampleur du phénomène

Donc, ce phénomène mondial serait en fait un simple système de création de site Web pour personne sans profil technique ? Mais tout à fait Madame Michu !

Sauf qu’ils seraient entre 30 et 60 millions de personnes à blogguer. Batailles de chiffres habituelles : tel prestataire annonce 2 millions de blogs ; tel moteur spécialisé en référencie 10 millions, telle étude évalue à 6% des américains qui auraient un blog, 25% des japonaises de moins de 30 ans également… Retenons que le nombre est important, et augmente tous les jours. Notons aussi qu’il faudrait faire la nuance entre les blogs qui existent, et ceux qui sont actifs : de nombreux sont comptabilisés alors que plus personne ne s’en occupe.

Qui sont ces gens ? Il y a sans doute autant de profil que de bloggeur, puisque le blog ressemble à celui qui le publie. Majoritairement des adolescents (90%), mais pas uniquement.

Certains, habiles de l’écriture, deviennent des stars de la blogosphère et sont souvent cités en exemples. Les cas sont nombreux, vu la richesse des thèmes abordés. Cela va du simple commentaire de la vie quotidienne (mes amis, mes amours, mes emmerdes…), des expositions de soi (eroblogs, ou logs érotiques), de ses oeuvres (photologs, bdlogs…), pour atteindre parfois des sujets plus critiques ou engagées sur la politique, le référendum, les médias, la guerre en Irak…

Le blog interne aux entreprises fait également son apparition, permettant aux employés de parler de l’entreprise en interne (blogs syndicaux…)

Récupération monétaire

Bien sûr, qui dit communautés, nombreuses personnes, suppose marché. Le Weblog devient donc la cible des marchands de tout poil. Sous plusieurs formes.

Les régies publicitaires en premier lieu, qui s’étalent généreusement sur les pages des blogs ; l’argent allant souvent au serveur qui héberge les pages, mais parfois au bloggeur lui même (tout ou partie).

Les faux blogs, ou faux posteurs, qui ventent (un peu trop) les produits d’une marque – alors qu’ils y sont employés. Plus constructifs, certaines enseignes (et certains poliques) sont à l’écoute de ce qui se dit sur les blogs pour analyser ce que les gens disent de leurs produits (ou de leur concurrent). Parfois riche d’enseignement !

Certains blogeurs peuvent même se lancer avec succès (pas toujours) dans la vente en ligne via leur blog : syndication avec Amazon ou la Fnac, fabrication de teeshirts…

Mais pour la grande majorité des bloggeurs, le jeu est ailleurs, et ne se situe pas du côté de l’argent !

Toujours est-il que le phénomène est important, et continuera sans doute encore pendant quelques temps à meubler nos écrans et nos journaux.

Pour être un jour remplacé par … (à suivre)

Laisser une réponse